isaac-quesada-TawKvL8NqHE-unsplash

Devenir maman

Dans la vie, il peut arriver qu'un seul événement bouleverse tout : rencontre de l'âme sœur, fin des études ou d'une formation, déménagement, etc. Il y a un avant et un après. Soudain, vous êtes une autre personne et vous voyez la vie différemment. Mais rien n'égale sans doute ce qui vous attend maintenant, à savoir devenir maman.

Pour nombre d'entre nous, les enfants sont une catégorie à part avec laquelle nous n'avons ni lien ni contact... jusqu'à la naissance du premier enfant. Peut-être n'aviez vous jamais tenu de nouveau-né dans les bras auparavant. Aucun examen théorique ou pratique ne permet de devenir parent. Cet être qui commence à grandir dans votre corps, s'empare de vos pensées et de votre vie sentimentale, met en branle un processus de changement tant physique que psychologique.

Si c'est votre deuxième ou troisième enfant, la grossesse n'est rien de nouveau pour vous et vous avez déjà tous les réflexes autour du change, du rot après la tétée et des pleurs à calmer. Et pourtant, cette nouvelle expérience est bouleversante. C'est une toute nouvelle personne que vous allez rencontrer. Avec tous les chamboulements et revirements auxquels vous avez déjà été confrontée.

Aborder un nouveau tournant dans notre vie sans être aux commandes n'est décidément pas dans nos habitudes. Notre objectif est de garder le contrôle, s'informer et se préparer pour « gérer » au mieux la situation. Les choses sont cependant différentes quand on endosse le rôle de parent. Vous aurez beau lire, participer aux cours de préparation à l'accouchement et suivre l'évolution physique de votre enfant, l'essentiel se passe sur un autre plan. Pendant la grossesse, l'adaptation physique est manifeste : il faut faire attention à son alimentation, se reposer davantage et supporter des désagréments qui ne font habituellement pas partie de la vie quotidienne. Parallèlement, un autre chantier bat son plein au niveau mental et émotionnel : un processus psychologique qui vise à préparer à l'accouchement et à la rencontre avec le nouveau-né.

S'inspirer de sa propre enfance

Pour beaucoup de parents, les rêves nocturnes deviennent plus intenses et tournent fréquemment autour du grand changement qui les attend. Des pensées et des souvenirs de l'enfance refont surface. Comment s'en étonner puisque c'est sans doute notre principale expérience de ce que c'est qu'être un enfant. Être capable de se mettre à la place d'un petit enfant est le point de départ d'une parentalité à l'écoute. C'est en puisant dans notre propre enfance que nous pouvons retrouver des modèles qui nous inspirent à devenir le parent que nous voulons être. Ou ne pas être.

Se laisser façonner par la vie peut sembler un exercice d'humilité. Mais tout ce qui se passe à l'intérieur de nous pendant la grossesse a une raison et un but. Les pensées, les émotions, les inquiétudes nous préparent pour que le jour J, nous soyons prêtes à rencontrer l'enfant, prêtes à lui consacrer notre temps et notre attention, à accepter sa dépendance et sa vulnérabilité, à sourire lorsque nous croisons son regard pour qu'il se sente accueilli et apprécié. Se préparer à accueillir émotionnellement ce petit être avec lequel nous allons partager notre vie : voilà toute la signification du temps qui précède l'accouchement.

À vos côtés, vous avez peut-être un futur co-parent. Quelqu'un qui a son propre vécu, semblable ou différent du vôtre. Il arrive fréquemment que les deux parents ne soient pas en phase, du moins au début. Car lorsqu'on attend un enfant en tant que futur papa ou co-maman, on peut s'autoriser à oublier temporairement le rôle de parent à venir. Généralement, passé les premières félicitations des collègues au travail, les questions se taisent. Pour beaucoup de co-parents, le discours de l'entourage se résume au fait qu'il ou elle doit être un soutien pour vous, la femme qui va accoucher et allaiter. La situation du futur co-parent intéresse moins. Ses appréhensions, ses attentes et ses joies peuvent sembler secondaires à côté de ce qui arrive à la future maman. Par conséquent, si vous voulez partager ce temps de préparation, vous devez y consacrer toute votre attention. Faites clairement savoir aux autres que vous menez ce projet en commun.

Vous êtes peut-être un couple complémentaire, sûrs l'un de l'autre et prévisibles dans vos réactions. C'est alors que l'inattendu surgit entre vous : la personne qui jusqu'ici avait deux mains gauches installe une table à langer et anticipe le grand jour en allant acheter des couches-culottes et des vêtements pour bébé. Ou alors, c'est la personne rationnelle du couple qui perd ses moyens et commence à s'inquiéter de ce que l'autre mange ou lui dit de faire attention à ne pas trébucher sur le trottoir. Votre réaction du moment ne dit rien quant à la situation à plus long terme. Mais vous devez vous familiariser avec les nouvelles facettes de l'autre qu'éveille la parentalité. Qu'est-ce qui vous inquiète ou au contraire vous réjouit ? Quel genre de vie voulez-vous avoir ensemble quand l'enfant sera là ? Essayez d'exprimer vos ressentis et vos souhaits l'un(e) envers l'autre : la vie en commun n'en sera que plus facile.

Si vous avez la chance d'être deux, profitez-en. Car la parentalité est un voyage émotionnel où l'inquiétude a toute sa place. Personne ne se sent mûr et à l'aise en rencontrant son enfant pour la première fois. Nous nous sentons souvent démunis. Cette réaction est normale. Mais qui a dit que tout doit être parfait du premier coup ? Devenir parent, c'est apprendre à connaître une autre (petite) personne d'une façon toute particulière. Et à découvrir des facettes inédites de soi-même et de son partenaire. Cela signifie faire des essais, faire des erreurs et recommencer. Avec votre enfant, vous aurez encore plus d'occasions de réparer qu'avec n'importe quelle autre personne. Et l'aventure humaine qui vous attend maintenant vous apportera son lot d'expériences. Des expériences avec plus de joies et de peines que bien d'autres aventures. C'est une toute nouvelle vie qui commence.