Chinelle-Rojas-001

Préparez-vous ensemble à l'accouchement

La femme qui va accoucher commence généralement à se préparer mentalement avant son partenaire, ce qui lui donne une longueur d'avance. Il n'est donc pas rare qu'il y ait un léger sentiment de décalage au sein du couple. Pour y remédier, inscrivez-vous assez tôt à un cours de préparation à l'accouchement. Réservez une activité rien que pour vous deux, même si votre emploi du temps est chargé. Ce sera l'occasion de faire le point sur les réflexions et les interrogations que vous pourriez avoir autour de la naissance.

L'accouchement se passe généralement mieux quand on est une équipe soudée où chaque partenaire a conscience des besoins de l'autre. Toutes les naissances sont différentes. Que ce soit le premier, le deuxième ou le troisième enfant, il est important de se préparer.

Commencez par le couple

Êtes-vous capables de communiquer sur des sujets majeurs ? Dans ce contexte, il est important d'avoir une bonne relation où la confiance règne. S'il y a des points non résolus dans le couple, il vaudrait mieux commencer par eux.

Visualisez des objectifs

N'hésitez pas à visualiser et à évoquer l'après-accouchement au sein de votre couple. Imaginez par exemple votre enfant couché sur votre poitrine ou l'instant où vous rentrerez chez vous avec votre bébé dans les bras. Utilisez ces images pendant l'accouchement, surtout lorsque la force et le courage font défaut.

Restez chez vous aussi longtemps que possible

L'accouchement est généralement annoncé par les contractions. Le premier stade est appelé la phase de latence. Essayez de rester à la maison le plus longtemps possible et de garder une attitude zen. Ne courez pas dans tous les sens pour rechercher des affaires à emporter à la maternité. Vous aurez veillé à préparer votre sac bien à temps avant le jour J. C'est toujours ça de stress en moins.

Le travail est stimulé par l'ocytocine, une hormone secrétée par le corps lorsque la femme se sent calme et détendue. Le stress et l'agitation sont contre-productifs. Allumez une bougie, gardez votre calme, essayez de vous détendre et tâchez de vous reposer au maximum entre les contractions.

Le jour J

Lorsque les contractions se rapprochent, se rallongent et deviennent plus douloureuses, il est temps de se rendre à la maternité. Le deuxième stade est appelé la phase active. Cette phase est généralement intense et exigeante. C'est le moment de mettre en pratique les exercices de gestion de la douleur, de respiration et de détente que vous avez appris et travaillés pendant la grossesse.

Les forces reviennent

Vers la fin de la phase active, il est normal que vous vous sentiez tous les deux assez épuisés, et que vous sentiez le besoin de refaire le plein d'énergie. Prévoyez des boissons sucrées ou des pastilles de glucose/dextrose dans votre sac. Au dernier stade de l'accouchement, appelé la phase de transition, l'enfant est expulsé. Vous pouvez alors avoir la sensation que les forces vous reviennent.

Soutenez votre partenaire

En tant que partenaire, votre soutien et votre amour sont aussi inestimables qu'indispensables ! Ne l'oubliez pas, même si vous vous sentez inquiet, « incapable » et peu sûr de vous. Votre présence et votre écoute comptent pour beaucoup, aussi bien pendant la grossesse qu'au moment de l'accouchement. Demandez à votre partenaire ce dont elle a besoin et de quelle façon vous pouvez l'aider.

Soyez à l'écoute de vos propres besoins

Pour apporter un soutien optimal à votre partenaire, commencez par faire le point sur vos propres besoins. Si, par exemple, vous craignez de voir votre partenaire souffrir, ne supportez pas la vue du sang ou avez la phobie des hôpitaux, il est bon de réfléchir à la manière d'y faire face. Un partenaire qui s'est bien préparé, qui a bien dormi et qui a bien mangé est le meilleur des soutiens pendant un accouchement.

Documentez-vous sur l'accouchement

Si le partenaire n'a pas de responsabilité médicale, il n'est pas inutile de s'informer sur le processus d'accouchement. Plus vous en saurez sur les différentes phases, les facteurs déclenchants et les différentes techniques d'anesthésie, plus vous vous sentirez rassuré, ce qui ne manquera pas de se répercuter sur votre partenaire.

Massez votre partenaire et soyez présent

Pendant l'accouchement, aidez votre partenaire en la massant pendant le travail. Le contact avec la peau stimule la production d'ocytocine. Le massage pendant le travail doit être doux et rythmé. Des gestes lents mais en même temps marqués sont généralement efficaces pendant les contractions et les pauses.

Pendant l'accouchement, vous pouvez vous rendre utile en vous tenant tout près d'elle, en lui tamponnant le front avec une serviette mouillée entre les contractions et en lui rappelant régulièrement que l'enfant sera bientôt là.