shutterstock 583263517

Comment fonctionne l'ocytocine dans votre corps ?

Tous les êtres humains, hommes ou femmes, sécrètent de l’ocytocine dans leur corps. Cette hormone est surtout libérée lors de contacts physiques comme les étreintes, les caresses, les massages et le sexe. Elle est généralement surnommée « hormone du bien-être » ou « hormone de l’amour », en raison de sa capacité à accroître notre confort social, à nous calmer et à réduire notre stress. Son action est très bénéfique à notre santé et à notre bien-être, à long comme à court terme.

Comment la libérer

La poitrine est particulièrement sensible au toucher, car elle recèle de nombreux récepteurs sensoriels liés à l’ocytocine. Un récepteur est une molécule protéique à laquelle l’ocytocine peut s’attacher pour, plus tard, s’activer et libérer ses bienfaits dans notre corps. Cela signifie qu’il est possible de stimuler la libération d’ocytocine en massant ou en touchant cette zone.

La libération d’ocytocine peut, par exemple, aider au bon déroulement d’un accouchement, car l’ocytocine agît naturellement contre la douleur. Elle peut aussi être libérée par d’autres moyens n’impliquant pas de contact avec une autre personne, comme la pratique d’un sport, de la danse ou du chant. Cependant, les effets positifs de l’ocytocine sont le plus souvent actifs lors d’activités collectives : en groupe, vous ressentirez pleinement son action sur le confort et le bonheur.

Lors de l’accouchement

Pendant une naissance, l’ocytocine est l’hormone la plus importante. Sans elle, l’utérus (qui fonctionne comme un gros muscle) ne peut pas se contracter, ce qui empêche le déclenchement naturel du travail. Quand l’ocytocine s’attache aux récepteurs connectés à l’utérus, des contractions se produisent. Si, pour une quelconque raison, une femme manque d’ocytocine dans son corps lors d’un accouchement, de l’ocytocine de synthèse peut lui être administré en intraveineuse, ce qui produira les mêmes effets sur son utérus. Cette solution aide à renforcer la puissance des contractions utérines. L’ocytocine naturelle permet aussi de soulager la douleur de l’accouchement. Comme le nouveau-né reçoit des stimuli physiques dûs aux contractions utérines, son corps libère aussi de l’ocytocine à chacune d’entre elles.

L’ocytocine contre le stress

Le stress entrave directement les effets positifs de l’ocytocine, tout comme les hormones libérées lors d’une quelconque expérience stressante. Imaginons un exemple extrême : un couple en plein acte sexuel est interrompu par un ou plusieurs étrangers entrant dans la pièce. Qu’arrive-t-il au couple ? Les deux partenaires perdront certainement tout le confort et la confiance qu’ils avaient jusqu’alors, et adopteront à la place une attitude défensive déclenchée par le stress.

Les hormones libérées alors sont, entre autres, l’adrénaline, la noradrénaline et le cortisol. Ce genre d’hormones s’attache aux mêmes récepteurs que l’ocytocine, ce qui signifie qu’elles prendront sa place dans le corps et stimuleront des effets inverses au confort et au calme. Quand ces hormones atteignent les récepteurs, le cœur commence à accélérer, la pression artérielle augmente et une réaction au stress est à venir. Ce type de réaction et d’échanges d’hormones ne prennent que quelques secondes. C’est pourquoi on parle de réaction autonome : notre système nerveux, directement impacté par nos émotions et nos perceptions, s’active. Il est donc impératif que les facteurs de stress soient minimisés lors d’un accouchement, afin que l’ocytocine puisse agir correctement.

Pourquoi vous n’avez pas à vous inquiéter

L’ocytocine est une hormone composée de neuf acides aminés différents : changez-en deux de place, et vous obtiendrez une hormone intéressante appelée la vasopressine. La vasopressine active le système nerveux sympathique, soit le système nerveux lié au stress. Cela signifie que, autant émotionnellement que moléculairement, notre « système de bien-être » et notre « système de réponse au stress » sont étroitement liés. Il est important de comprendre comment ces deux systèmes peuvent agir sur notre corps et interférer dans le processus de l’accouchement. Pour résumer, l’hormone la plus importante lors de l’accouchement, l’ocytocine, est libérée lorsque la femme est calme et confiante, et est entravée par le stress et la peur.

Pour plus d’informations sur l’ocytocine, rendez-vous dans Articles et Outils, dans le menu Grossesse.

Source: - Myles, M.F., Marshall, J.E. & Raynor, M.D. (red.) (2014). Myles textbook for midwives. (16th edition). Edinburgh: Elsevier.